Pardonner

  • Quand-tu-choisis-de-pardonner--jpgPremière étape pour apprendre a pardonner :prendre conscience de notre blessure

Lors d’une blessure, il est fréquent de chercher a étouffer.. Or elle sera comme un abcès non traité : elle continuera à nous faire mal de l’intérieur. Pour guérir, il faut, comme en chirurgie, entrer en contact avec sa blessure intérieure. Ce n’est pas toujours évident car nous sommes dotés de mécanismes de défense, nous empêchant de trop souffrir. Nous craignons aussi de rencontrer notre colère. Toutes sortes de manœuvres ont lieu pour ne pas entrer en contact avec nos émotions.
Parfois nous voulons pardonner trop rapidement ,or si intellectuellement nous avons eu l’impression de faire le travail,au niveau émotionnel ,la blessure est intacte …et en pardonnant faussement ,nous nous mentons a nous-mêmes par conséquent nous en devenons la première victime …

  • Deuxième étape : reconnaître le sentiment de colère et savoir l’exprimer

Agressivité, colère, voire haine sont utiles dans un premier temps. Elles sont signe de bonne santé psychique, signe que nous ne sommes dans le déni . laisser exprimer tous les mauvais sentiments que la blessure a engendre,est ce qui nous permet évacuer des sentiments qui pourraient se retourner contre nous même si nous extériorisons pas.Mais s’il est important d’’exprimer sa colère,sa tristesse,sa douleur ,il est tout aussi important de savoir comment le faire.
Exprimer directement sa colère, sa haine ou ses reproches à celui qui nous a blessé n’est pas la solution. En revanche,il est possible de faire un travail de détachement en soi : écrire dans un cahier tout ce qui nous anime, s’ouvrir à une personne de confiance ou encore consulter un psychothérapeute si la situation est trop douloureuse.

  • Troisieme etape pour apprendre a pardonner :Comprendre celui qui nous a blessé

Haine et ressentiment peuvent aider à survivre à une agression,a une blessure mais à long terme, ils nous détruisent. Pour en sortir, il est utile d’essayer de se mettre dans la peau de la personne qui nous a blesses. Cela donne du sens à l’acte qui nous a fait mal, et dans une certaine mesure, le rend « acceptable ». Comprendre les motivations de l’autre ne vise surtout pas à l’excuser, mais à reconnaître ses faiblesses.Et peut contribuer a nous libérer du sentiment d’injustice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *