Qu’est ce que le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)?

Qu-est-ce que le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)?

Le trouble obsessionnel-compulsif est reconnu comme étant un trouble de l’anxiété. Appelé par ces initiales  : TOC, il  se caractérise par des obsessions, des compulsions ou les deux a la fois. Les obsessions sont des pensées ou des images intrusives qui surgissent à répétition et qui sont difficiles à chasser de l’esprit. Les obsessions sont dérangeantes, parfois effroyables ou désagréables. Elles peuvent générer beaucoup de détresse, de peur, de malaises ou même de dégoût.

Pour essayer de réprimer ou de se débarrasser des obsessions, la personne atteinte se sent obligée d’accomplir des gestes répétitifs, de véritables rituels,  appelés compulsions.

Les obsessions ou compulsions ont un impact direct sur le bon déroulement des taches habituelles au cours de la journée de la personne atteinte, aussi bien dans le domaine familiale que socio- professionnel…
Ce rituel compulsif peut parfois prendre plusieurs heure dans  une journée et ne soulage que temporairement, puis revient avec autant d’intensité…. Pris dans cet engrenage compulsif et obsessionnel tout en ayant consciente des effets nuisibles, la personne va souvent se juger sévèrement et aura tendance à s’isoler afin de cacher les symptômes. Elle est donc tout à fait consciente de ces réactions mais n’arrive pas à contenir ces idées et ces comportements compulsifs.

Certaines personnes sont aux prises avec tellement de compulsions qu’elles ne peuvent pas quitter leur domicile, se rendre au travail ou visiter leur famille ou leurs amis. Souvent, elles se jugent très sévèrement ; fréquemment, les gens ayant un TOC cachent leurs symptômes et s’isolent.

Symptômes

Alors par quel facteur Les symptômes des troubles obsessionnel et compulsif se caractérisent principalement ?

Les Obsessions

  • Stress intense si un objet n’est pas à sa place ; toucher certains objets de manière répétitive, formules ou gestes conjuratoires…
  • Peur des microbes, des germes, d’une contamination ; lavage (toilettes à l’excès, désinfection, obsession de la propreté…),
  • vérifications multiples du a la Peur de perdre quelque chose ou de mal fermer une porte ; (des portes, des lumières, de tout…),
  • Crainte de blesser quelqu’un, dans un accident de la route par exemple ;
  • Images ou pensées sexuelles.

Compulsions

Les personnes souffrant de TOC, pour prévenir ou réduire l’anxiété liée à leurs obsessions, peuvent mettre en place des rituels et effectuer des tâches répétitives comme :

  • Faire du ménage ;
  • Ranger ;
  • Se laver les mains toute la journée ; (toilettes à l’excès, désinfection, obsession de la propreté…),
  • Vérifier et revérifier qu’une porte ou un robinet est fermé(e) ;
  • Répéter un mot, une phrase ;
  • Compter ; (les patients comptent ou calculent sans arrêt de longues séries de chiffres…)
  • Accumuler des objets sans valeur particulière (prospectus, déchets) ;
  • Respecter l’ordre et la symétrie. ,( vérifier plusieurs fois qu’un objet est à sa place, marcher sur des dalles en évitant de piétiner entre elles etc….)

Causes

Comme c’est le cas pour plusieurs difficultés psychologiques, il semble que le TOC résulte de l’interaction de plusieurs facteurs biologiques, environnementaux et sociaux.

Les facteurs génétiques peuvent aussi jouer un rôle. Dans près de 50 % des cas, un autre membre de la famille souffre aussi de ce trouble.

De leur côté, les recherches en psychologie démontrent que la réduction de l’anxiété qui découle habituellement de l’accomplissement d’une compulsion amène l’individu à répéter ce geste et à y recourir continuellement. Certains mécanismes de pensées, comme le raisonnement erroné ou la surévaluation du danger et de la responsabilité, sont également identifiés comme étant impliqués dans le maintien des obsessions.

Les personnes qui sont concernées par les troubles obsessionnels compulsifs souffrent très souvent de dépression. C’est d’ailleurs souvent cette pathologie, et non pas les TOC, qui les amènent à consulter. Elles peuvent également souffrir de dépression majeure, de troubles alimentaires (boulimie, anorexie), de toxicomanie, d’anxiété, de phobie sociale, d’un trouble panique.

Ces personnes ont tendance à se dévaloriser et présentent une très faible estime d’eux-mêmes et de leurs capacités. Des troubles des fonctions exécutives (planifier, organiser, etc) peuvent également être observés.

Traitement

La encore la psychothérapie cognitive et comportementale peut donner de bons résultats, relativement rapides, sur l’angoisse et les symptômes compulsifs. En travaillant sur les schémas mentaux et le conditionnement de la personne autour de certains réflexes ou certaines pensées incohérentes, le thérapeute peut aider le patient à surmonter son inhibition anxieuse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *